Revenir en haut Aller en bas


Forum de RP basé sur l'univers de l'oeuvre de George R.R. Martin A song of ice and fire et de sa série télévisée Game of Thrones.
 
-48%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour homme
68 € 130 €
Voir le deal
-33%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
199.99 € 299.99 €
Voir le deal

Ven 27 Juil - 18:41


Avery Hightower
"Freedom is never given; it is won."

Personnage

Nom : Avery Charlotte Edea Hightower

Sexe : Féminin

Âge : 18 ans

Royaume : Reach

Titre/Ordre/Association : Lady Hightower

Personnalité : Au premier abord, Avery est cette perle rare gardée farouchement par la maison Hightower. On ne la voit que rarement à l’extérieur du phare si elle n’est pas appelée à participer à un événement, encore moins si ce dernier n’est pas organisé par sa famille. Et en plus d’être une beauté rappelant l’apparence prisée des Targaryen, la jeune femme a le caractère doux comme un agneau. Il n’y a d’ailleurs rien à reprocher à ses manières. Elle sait se faire discrète lorsque les hommes parlent entre eux et elle partage des politesses avec les dames de la noblesse. Elle connaît le nom, la bannière et la devise de toutes les grandes maisons de Westeros. Ce qui fait son charme, plus particulièrement, est la façon dont elle parvient à être cultivée sans faire preuve de la moindre trace de superficialité. Avery n’en est pas une qui se croit au-dessus de tous les autres. Elle est terre à terre et ne s’embarrasse pas de prétentions. De plus, elle est bien consciente que tout le monde cherche à retirer le meilleur d’une situation pour faire avancer ses propres intérêts… Elle incluse. C’est dans la nature humaine, après tout. Elle essaie donc simplement de ne pas voir la vie teintée de rose ou, encore, dans un brouillard des plus noirs. Elle cultive une dose de méfiance et fait son possible pour ne pas se mêler des jeux politiques, qui n’arrêtent jamais vraiment pour les gens de son statut.

Ces manigances entre les grandes maisons sont la raison principale derrière le plus grand fléau de l’existence d’Avery : les restrictions excessives imposées par ses géniteurs, surtout sa mère. Depuis que ses parents ont découvert ses troubles de coagulation, la vie de la cadette Hightower a basculé dans la surprotection plus qu'excessive. Non seulement lui est-il interdit de discuter de sa condition avec quiconque ne faisant pas partie de leur entourage proche, mais certaines ailes de la demeure ne lui sont pas accessibles en tout temps. Les espaces libres sont d’autant plus limités si des invités font un séjour en leur propriété. De nombreuses paires d’yeux la surveillent lors de chaque repas. Sa correspondance se fait toujours ouvrir devant elle, puisqu’il est hors de question pour elle de prendre des « risques inutiles ». La seule raison pour laquelle la jeune femme sait coudre et broder est qu’il aurait paru étrange qu’une demoiselle de son statut ne soit pas bien versée dans ces arts. Il va sans dire qu’elle nourrit beaucoup de rancune envers ses parents. Le phare n’est rien d’autre qu’une prison!

Toujours est-il que l’affinité d’Avery pour la lecture et la religion des Sept lui permet de ne pas devenir folle. Très intelligente et curieuse, elle est souvent retrouvée avec le nez dans un bon bouquin, accompagnée de ses animaux de compagnie. Peu de choses lui plaisent davantage que de lire paisiblement sous un arbre dans les jardins. Certains disent qu’il n’y a pas un livre dans la bibliothèque de la famille Hightower que la Lady n’a pas déjà consulté… ou replacé au bon endroit. Avery est incapable de tolérer le désordre. Tout doit être organisé convenablement, les objets alignés de façon symétrique et ainsi de suite. Sinon, on peut également l’apercevoir de temps à autre dans une chapelle honorant la Religion des Sept, puisque sa riche famille est un patron de la Foi… Tout comme ils supportent la Citadelle et l’ordre des Maesters.

Toutefois, là n’est pas un portrait complet de la jeune femme… Car ce serait ne pas tenir compte de toute une facette secrète de son existence. C’est ici que « Charles Flowers », tiré du prénom Charlotte que porte la Lady, fait son entrée en scène. Damoiseau mystérieux, c’est un homme aux occupations les plus variées qui soit. On l’aperçoit de temps à autre en train de participer à des tournois d’archerie, capacité acquise grâce à l’aide de son frère Levy. La noble s’amuse parfois à des jeux de tir dans les tavernes, qu’elle ne perd pour ainsi dire jamais. Son lancer est sans failles; elle pourrait en faire carrière, si ce n’était de son genre et ses origines. Charles pourrait tout aussi bien être un barde, car il éclate souvent en chanson dans le but d’alléger l’atmosphère… Sans compter que c’est un excellent moyen de gagner un peu de monnaie. On pose rarement de questions à Avery lorsqu’elle revêt cette fausse identité car, de toute façon, qui se préoccupe d’un bâtard déambulant sans but dans les rues d’Oldtown? D’autre part, elle cache un talent extraordinaire de doubleuse de voix. Elle s’amuse depuis son plus jeune âge à imiter les autres, d’où le fait qu’elle masque sa voix réelle et en utilise une plus masculine. À ses yeux, rien ne bat un moment où elle peut être libre, même si cela signifie qu’elle ne peut être elle-même.

Physique : Au premier égard, on pourrait méprendre la Lady pour un membre de la famille Targaryen : les long cheveux blonds, presque argentés, typiques de la famille royale, sont un trait partagé par les Hightower, sans que les deux anciennes maisons ne soient toutefois reliées d’une quelconque façon. Cette magnifique masse soyeuse cascade en agréables vagues jusqu’à la taille d’Avery, bouclant davantage lorsque le degré d’humidité est élevé. Les similarités avec les Dragons s’arrêtent là, puisque les yeux de la jeune femme sont d’un bleu pâle plutôt que violets. Elle est également de petite stature, bien que ses courbes féminines ne laissent aucunement à désirer.

Du côté maternel, soit de la maison Redwyne, c’est plutôt la peau de porcelaine et les taches de rousseur lors de journées particulièrement ensoleillées qui lui ont été transmises. Cela inclut l’hypersensibilité au soleil typique des personnes à la chevelure enflammée et leur sensibilité à la douleur. Le meilleur des deux mondes, n’est-ce pas?

Crédit de l'avatar : Portrait par Viccolatte

Relations :
Caldisla Hightower (PNJ) : La longue histoire et la richesse de la famille Hightower a fait du patriarche un homme fier de son pedigree. Il a d’ailleurs maintes fois prouvé sa valeur au combat au cours de sa vie. Il n’hésite pas à tenir tête aux maisons qui ne partagent pas son avis. Il a, après tout, ses propres bannerets et des coffres bien remplis. Ce n’est pas quelqu’un qu’on veut se mettre à dos et il le sait. Cependant, Caldisla n’est pas prétentieux; il est même plutôt réaliste. Son côté autoritaire fait simplement en sorte qu’il ne tolère pas qu’on lui raconte des sottises ou qu’on se prenne pour un autre devant lui. Il aime qu’on lui dise les vraies affaires… et qu’on lui offre le respect qu’il se doit. Gare à celui qui osera faire du mal d’une façon ou d’une autre à sa famille, surtout à ses enfants : Oscar, Levy et Avery!

Anne Hightower (PNJ) : La matriarche de la famille est issue de la maison Redwyne, mais s’est fiancée au tendre âge de 12 ans à l’aîné des fils Hightower. C’est donc six ans plus tard qu’elle a épousé Caldisla et s’est jointe à la riche maison d’Oldtown. Ce fut exactement ce dont elle avait besoin pour réaliser ses rêves, car Anne accorde énormément d’importance à sa réputation. Elle aime être au courant de toutes les dernières nouvelles, surtout les bonnes concernant sa famille. Elle veille d’ailleurs à inculquer les bonnes manières à ses progénitures. C’est également elle qui se trouve derrière les restrictions au niveau de la liberté de mouvement de sa cadette, car elle ne voudrait pas que la condition de cette dernière influence négativement l’opinion de la haute populace sur sa maison. Elle met beaucoup de pression sur Avery pour que celle-ci paraisse parfaite en tout temps… de l’extérieur, du moins. Anne devient moins stricte lorsqu’il n’y a personne pour apparaître au mauvais moment…

Oscar Hightower (PNJ) : L’aîné de la fratrie est le portrait même de Caldisla. Il a les mêmes cheveux argentés et yeux bleus, en plus d’une stature musclée. Il est mature, même pour ses 24 ans. Il n’agit jamais sans réfléchir et a beaucoup d’affection pour sa famille. Il est particulièrement protecteur d’Avery, sans pour autant la couver de façon excessive. Il est très complice avec elle et la laisse s’amuser un peu. Il ne souhaite que voir les siens heureux. Ceci étant dit, Oscar est un vaillant guerrier et un bon stratège. Il compte bien continuer l’oeuvre de son père lorsqu’il héritera du phare Hightower.

Levy Hightower (PNJ) : Aussi roux que sa mère, le jeune homme de 20 ans est tout le contraire de son grand frère. Il est impulsif et ne prend pas grand chose au sérieux… sauf peut-être sa cote de popularité auprès de la gente féminine. Il aime plaire aux demoiselles, surtout lors de tournois. Il cherche avidement à devenir un chevalier dont on chantera les exploits dans des chansons après sa mort. Il imagine déjà tous les poèmes qui lui seront dédiés… Son but est d’atteindre la gloire, quoi. Cela ne l’empêche point de faire le mauvais coup occasionnel, surtout s’il peut impliquer sa frangine dans ses manigances.

Tiberius, Finnegan et Isobel : Ce sont les animaux de compagnie d’Avery. Tiberius, surnommé Ty, est un cheval Haflinger alezan aux crins lavés, haut de 1,37 mètres et est âgé de huit ans. C’est une bête affectueuse, calme et docile. Finnegan, quant à lui, est un Samoyède de trois ans. Un peu espiègle, il est très intelligent, loyal et actif. Il ne tolère pas d’être abandonné seul dans la chambre de sa maîtresse trop longtemps. Il a besoin d’être entouré et stimulé. Enfin, Isobel est une chatte Bengal de couleur snow seal à robe rosetted, puis elle a les yeux bleus. La minette d’un an est tranquille et indépendante. Elle ne recherche que la compagnie de sa maîtresse, envers qui elle se montre extrêmement joueuse et affectueuse. Étrangement, Isobel aime jouer dans l’eau, ce qui est une particularité des chats de sa race.

Histoire :

L’air était particulièrement chaud et humide à Oldtown; lui échapper n’était pas des plus faciles. Par chance, les jardins du phare Hightower, logeant la famille du même nom, offraient une parcelle de fraîcheur aux occupants. C’est ainsi que le patriarche, Caldisla, se retrouva à négocier un marché avec des compères venus de la capitale; la matriarche, Anne, quant à elle, essayait tant bien que mal de divertir les épouses de ces hommes… tout en gardant un oeil sur ses fils, qui se couraient après entre les pattes de tout le monde. Cela ne laissait donc que la cadette, Avery, qui tentait de se joindre à la fratrie. Pour son plus grand malheur, les garçons ne voulaient pas qu’une fille participe à leur jeu. Éventuellement, l’inévitable se produit : Levy perdit patience et poussa sa soeur dans les rosiers.

Une dame de compagnie s’empressa d’aider la petite de trois ans, puis essuya vivement la poussière de la robe de sa charge. Elle lança une réprimande à Levy, mais n’en fit pas plus de cas. Ce n’était pas la première fois qu’un tel incident se produisait. Elle chuchota quelques paroles rassurantes à Avery, lui caressa les cheveux, puis la laisser aller de nouveau dès qu’elle eut cessé de pleurer.

Le temps continua à filer de la même manière, tout le monde trop accaparé par leurs discussions pour porter attention à la jeune noble. Cette dernière bouda pendant un moment, assise au sol à arracher des brins d’herbe entre les pierres du pavé. Seulement, son index de la main gauche était encore une source de douleur pour elle. C’est pourquoi elle décida, reniflant sa peine, d’aller chercher l’attention de son père. Elle tira sur ses pantalons avant qu’on ne puisse l’empêcher de déranger les adultes. Caldisla baissa le regard sur sa fillette, doigt dans la bouche… et recouverte de taches de sang! Pris de panique, il ôta la main de son enfant de sa bouche et s'aperçut avec horreur que la petite saignait abondamment de son extrémité. Il s’agenouilla afin d’examiner sa progéniture davantage, seulement pour découvrir que toutes les plaies causées par la chute n’avaient toujours pas coagulées. Il va sans dire que cette constatation fit monter la colère en lui. Il ordonna à ce que sa fille soit amenée auprès du Maester… et que ça saute! Cet état d’urgence ne l’empêcha pas de crier des bêtises à la dame de compagnie, qui n’avait pas su garder un oeil sur sa cadette. La pauvre femme fut renvoyée sur-le-champ. Il agrippa le bras de Levy, le chicana, puis consigna Oscar de surveiller son frère de plus près. C’était, après tout, son devoir d’aîné. Il eut même quelques mots sévères envers son épouse, qui était plus près des enfants lorsque la situation avait viré au vinaigre. Le père de famille prit alors une seconde pour reprendre contenance. Il s’excusa de la scène à ses invités, les invita plutôt à la salle à dîner pour changer d’air, puis leur demanda de ne pas laisser la chose influencer leurs négociations.

Quelques années passèrent; on ne discuta jamais de « l’incident » par la suite. Plutôt, on observa les réactions de la petite Lady à toutes formes de blessures survenues au cours de ses activités quotidiennes. C’est ainsi que le Maester familial put conclure que la fillette souffrait d’une forme particulière d’hémophilie. Il n’était, de toute évidence, pas possible à l’époque de savoir qu’il s’agissait d’hémophilie B, soit une déficience en protéine sanguine (facteur IX) ralentissant le processus de coagulation. On fit donc tout ce qui était possible pour éviter les accidents, le tout sous l’oeil de lynx de la matriarche. Oscar, Levy et les serviteurs furents sensibilisés à la fragilité d’Avery. On enseigna donc la couture, la broderie et même l’équesterie à la demoiselle, prenant tous les soins nécessaires afin qu’elle ne se fasse pas mal. Chaque chute en cheval créait une panique générale, jusqu’à ce qu’on sache qu’elle n’était pas en danger de mort. On fut même réticent de lui permettre d’approcher des animaux. Cependant, on se rendit bien compte que la présence animale était grandement bénéfique pour le moral de l’enfant. La gamine était plus motivée à étudier dans sa chambre et à être isolée des autres si elle avait un temps de jeu avec une bête, en guise de récompense pour son bon comportement.

Le jour précédent le dixième anniversaire de la cadette des Hightower marqua un autre tournant dans la vie de cette dernière. Ne se sentant pas dans sa forme habituelle, elle s’excusa de sa leçon d’histoire dans le but de se reposer dans le confort de sa chambre. À force de se pencher sur de gros bouquins, la fatigue eu raison d’elle et elle s’endormit sur son lit. Elle se réveilla à la suite d’une crampe affreusement douloureuse au niveau de son ventre. C’est d’ailleurs en plaçant les mains sur son abdomen et en se tortillant afin de changer de position qu’elle se rendit compte que quelque chose ne tournait pas rond. Un cri s’échappa de sa gorge dès que son regard se posa sur son bas-ventre. Le moment tant redouté par sa famille était arrivé : elle avait ses premières règles. Dans toute sa rationalité de pré-adolescente, Avery était persuadée qu’elle allait mourir. La crise de panique qui naquit en elle ne fit rien pour calmer les inquiétudes à son sujet. Ce n’est donc pas surprenant qu’Anne, sa génitrice, décida de prendre les choses en main. Si sa fille refusait de se déplacer, de manger ou de boire, c’est qu’il ne lui restait plus de choix : elle suggéra fortement au Maester d’ordonner à sa progéniture de demeurer alitée jusqu’à la fin de ses menstruations. Il en serait ainsi pour tous les cycles à suivre. C’était la seule façon de s’assurer que son enfant survive et, peut-être plus important encore, que personne ne tombe accidentellement sur cette faille dans leur lignée.

Oscar, le premier en ligne pour hériter des atouts de la maison, ne fut pas prêt à imiter son père et tendre l’autre joue. C’était sa soeur dont il était question, pas une pariah! L’adolescent avait grandi avec la responsabilité de s’occuper de la fratrie et celle-ci incluait Avery. Il prit donc sur lui de visiter sa cadette à tous les matins, avant d’être appelé ailleurs pour sa propre éducation. Il revenait à elle à tous les soirs après le dîner. Il passa des heures à lui tenir compagnie, lui raconter les dernières nouvelles et lui amener des surprises. Il fut aussi celui qui parvint à la faire manger de nouveau. Il lui serra la main pendant leurs prières quotidiennes, sachant à quel point il peinait la jeune Lady de ne pouvoir se rendre à la chapelle du phare. Il lui tint le bras lorsqu’elle eut enfin la force de se lever; ce fut un réel plaisir pour lui de marcher avec elle dans les diverses sections de la tour. Il se sentait plus protecteur que jamais, maintenant que sa cadette était « devenue femme » à un âge si précoce. Et voici que sa garde débuta, du haut de ses 16 ans.

Pour revenir au dixième anniversaire d’Avery, ce fut plutôt Levy qui surprit la demoiselle davantage. Là où Oscar devint son fervent chevalier, Levy se montra présent d’une toute autre manière. Le matin de cette journée ruinée, au humble avis de la demoiselle, débuta avec la visite habituelle de l’héritier. Ce n’est que lorsque le chemin fut libre que le deuxième frère pénétra sournoisement dans la chambre. Sa petite soeur lui lança un oreiller, n’étant pas d’humeur à l’entendre se moquer d’elle. Bien sûr, le jeune homme évita le projectile avec aise. Il lui fit alors signe de ne pas faire de bruit, pour ensuite lui glisser une pile de lettres… toutes scellées. De l’arrière de sa ceinture, il sortit un ouvre-lettre en argent. Immédiatement, les yeux d’Avery s’agrandirent de surprise. Jamais ne lui avait-on permis de toucher un objet tranchant, ne serait-ce que pour couper sa nourriture. Ce que son frère lui offrait n’était rien de moins qu’une opportunité d’être une noble ordinaire; une jeune fille pouvant ouvrir son courrier elle-même. Peu lui importait qu’il ne s’agisse que de formules de politesse pour son anniversaire, elle en eut tout de même les larmes aux yeux. Ce ne fut que le début d’une amitié espiègle entre frère et soeur. Levy devint son partenaire de mauvais coup, celui qui lui montra comment manier l’arc, celui qui l’encouragea à vivre...

L’existence entière de la cadette Hightower prit un tout nouveau tournant en vue du quarantième anniversaire du patriarche de la riche maison, tandis qu’elle n’était âgée que de quatorze ans. De somptueuses et impressionnantes festivités étaient organisée en l’honneur de l’homme d’affaires. Le joyau des réjouissances était, sans conteste, le tournoi d’archerie. Amatrice secrète de cet art du combat et, soyons francs, en plein dans une poussée d’hormones, la jeune Lady ne put s’empêcher de manifester son excitation vis-à-vis l’événement à venir. Elle se voyait déjà dans les estrades, à espérer qu’un preux et séduisant héritier lui accorde sa faveur. Le romantisme faisait battre son coeur d’adolescente… Mais il fut rapidement coupé court lorsque Caldisla interdit fermement la présence de sa fille à cette compétition. Sa présence serait requise lors de nombreuses circonstances; or, il était hors de question qu’il risque que son unique fille se mette ainsi en danger. Un nombre incalculables de flèches volant de tous bords, tous côtés, représentait simplement un risque trop grand à ses yeux.

Il va sans dire que cette décision catégorique ne plut aucunement à Avery. Cette dernière pinça fortement ses lèvres ensemble, serra sa fourchette jusqu’à blanchir ses jointures, mais ne contredit pas son géniteur à la table à dîner. Elle savait qu’il était futile d’essayer, de toute façon. Sa colère fut telle qu’elle n’entendit même pas la tirade sans fin de sa mère. Elle était aveuglée par sa frustration et, surtout, sa jalousie envers sa fratrie. Jamais ne penserait-on interdire à Oscar ou Levy d’afficher leurs prouesses devant le monde entier. Oh, mais pas elle… Elle n’était bonne qu’à parader lors de banquets ou de saluer de la main lors de tournois de lance à dos de cheval. Bon sang, elle n’était pas une poupée de porcelaine! Certes, toute perte de sang pouvait devenir critique en moins de rien… Excepté que l’emprisonner dans une bulle d’or et d’argent n’était pas une façon de vivre. Elle virait folle à être enfermée entre quatre murs pour la plus grande partie de sa vie.

Cette fois, elle ne se laisserait pas intimider par l’interdiction de son paternel.

Non, cette fois, elle assisterait à cette compétition d’archerie, d’une manière ou d’une autre!

C’est ainsi que la noble se retrouva à filer entre les gardes afin de se rendre au marché et à accumuler des matériaux dans un but précis : concocter un déguisement lui permettant de circuler librement à l’extérieur du phare, voire simplement en-dehors de ses quartiers… se résumant à une seule pièce, plus souvent qu’autrement. Elle expérimenta secrètement dans sa chambre, du maquillage lui permettant de cacher ses traits à la façon de dissimuler ses atouts féminins. Elle alla jusqu’aux essais vocaux de façon à imiter une voix davantage masculine. De nombreuses heures furent également consacrées à la concoction d’un passé pour ce personnage qu’elle incarnerait désormais, telle une deuxième peau. Elle échafauda l’identité de ce citoyen dans les petites heures de la nuit, puis le cacha durant le jour. Parallèlement, elle multiplia ses pratiques d’archerie avec Levy, sans toutefois lui expliquer la raison derrière son zèle. Le rouquin assuma tout bonnement que sa cadette évacutait sa frustration de cette façon. Jamais n’aurait-il pu imaginer ce qu’elle planifiait réellement…

Peut-être n’est-ce alors aucunement une surprise qu’un participant sans renommée fit son apparition lors du tournoi d’archerie. Charles Flowers, voyageur méconnu, se présenta en vue de rivaliser avec les meilleurs tireurs que le royaume avait à offrir. Dévisagé par les représentants des grandes maisons, le bâtard n’en avait rien à faire. Il était confiant en ses capacités d’archer. Il accordait très peu d’attention à la compétition, préférant plutôt fusiller du regard l’hôte de ladite compétition. Un coup d’oeil empli de rancune était lancé à Caldisla Hightower avant de desserrer chaque flèche… qui, immanquablement, trouva sa cible. La précision de ce nouveau venu était si saisissante qu’éventuellement, la Lady derrière la façade se rendit bien compte qu’elle attirait trop d’attention. Certainement qu’on chercherait à la rencontrer de près si elle devait sortir gagnante de ce tournoi… et elle ne pouvait risquer d’être découverte par son géniteur. Si elle était en mesure de tromper la haute société, elle n’était pas encore assez confiante pour affonter son père en face à face. Elle prit donc la décision de volontairement viser à côté du point de mire de temps à autre, face à d’autres participants qu’elle savait être réputés dans ce champ sportif. Charles perdit de son attrait et on finit par l’oublier puisqu’il ne se retrouva pas parmi les trois meilleurs archers en fin de journée.

Cela importait peu au principal intéressé, car sa mission avait été accomplie… et ce n’était que la première de plusieurs.

Code : ♡ Ok Valery ♡



Joueur

Nom : Mélissa

Sexe : Féminin

Âge : 29 ans

Pays d'origine : Ô Canada, terre de nos aïeux

À quel point connais-tu GOT : Ehm… J’ai lu tous les livres qui sont sortis et j’ai toutes les saisons sur DVD? *Tousse*

De quelle façon as-tu connu le forum : … Je suis bien connectée?

Un peu plus sur toi : Mieux vaut tard que jamais?


Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ven 27 Juil - 20:51
Méli-chat ! bounce Bienvenue !

Il te manque le mot de passe du règlement Wink

Dès que tu as terminer, fais nous signes Smile
Valery Tyrell
Valery Tyrell
Admin
♔ Lord de Highgarden
♔ Lord Suzerain du Reach
♔ Main du Roi
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Juil - 8:20
Oups! Je ne sais pas comment j'ai pu le louper en copiant le modèle de présentation. Surprised #JusteDansMaVie

Bref, il est là!

Présentation terminée
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Juil - 10:10
Présentation acceptée !
Nous te souhaitons la bienvenue sur Dragons of Westeros !
Tu peux maintenant crée ton Journal de Bord, jeter un coup d'oeil et/ou faire une recherche de Rps & Liens pour toutes demande concernant ton personnages!
Valery Tyrell
Valery Tyrell
Admin
♔ Lord de Highgarden
♔ Lord Suzerain du Reach
♔ Main du Roi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragons of Westeros : A Game of Thrones - Forum de RP :: Avant de jouer :: Archives admin DoW old version-